Qui veut réduire au silence les défenseurs de la forêt?

Nous avons appris avec consternation en fin de semaine dernière la condamnation pour diffamation de Marc Ona, à 6 mois de prison avec sursis et au paiement de 5 millions de francs CFA (7 600 euros environ).

African Background Documentation (Africa: 2003)

Cette condamnation ne peut qu’être liée au travail de Marc Ona pour dénoncer les impacts d’immenses plantations de palmier à huile au Gabon par la société OLAM.

Marc Ona est un pilier de la lutte contre la déforestation en Afrique. Il a été récompensé en 2009 par le Prix Goldman pour l’environnement. Au Gabon, Marc est le fondateur de l’ONG Brainforest, et un partenaire de longue date de Greenpeace. Il est également le coordinateur de la plateforme de la société civile “Publiez ce que vous Payez.” Et à ce titre, il a déjà fait l’objet d’intimidations.

Son courage et sa détermination en on fait un exemple pour de nombreux activistes environnementaux en Afrique et à travers le monde.

Des militants sous étroite surveillance

Ces moyens de pression sont typiques de ceux utilisés contre les défenseurs de la forêt en Afrique, notamment depuis que cette dernière est devenue la “dernière frontière de l’huile de palme” et de l’agro-industrie.

En Novembre, c’était Nasako Besingi, opposant au projet Herakles farms au Cameroun dont nous rapportions l’arrestation arbitraire, et en juillet 2012, Greenpeace, aux côtés de Survie et d’autres organisations, dénonçait la visite en France du président gabonais Ali Bongo, quelques semaines après que Marc Ona et d’autres militants avaient été arrêtés lors d’un rassemblement pacifique.

Pour Greenpeace, l’intérêt général du public à l’information doit prévaloir sur la protection de la réputation individuelle ou industrielle. La condamnation de Marc Ona entre ainsi en contradiction totale et regrettable avec de nombreux textes internationaux protégeant la liberté d’expression.

C’est pourquoi nous relayons l’appel de 5 ONG au gouvernement français lui demandant d’exprimer “publiquement sa préoccupation suite à cette atteinte aux libertés publiques au Gabon“.
Le silence ne saurait être une réponse acceptable au courage des activistes du bassin du Congo qui luttent pour la défense du second poumon de la planète.

Soutenez les défenseurs de la forêt – envoyez leur un message.

À propos de l'auteur, Fréderic Amiel

Chargé de campagne forêts pour Greenpeace depuis 2011. Sa spécialité ? Les moteurs de la déforestation en Afrique notamment. La tête dans le bassin du Congo ces derniers temps.

Vos commentaires

Poster un commentaire

16 commentaires pour « Qui veut réduire au silence les défenseurs de la forêt? »

S'il est un élément essentiel sur notre terre au même titre que l'eau, c'est bien la forêt "naturelle".Il est regrettable de constater combien nos politiques oublient trop souvent les promesses émises ou leurs engagements et manquent de ce courage élémentaire qui consiste à dire la verité ou leurs vérités à ceux qui le méritent.
Bien heureusement et même s'ils essuient des revers, il demeure des "chevaliers blancs" pour tenter de remettre un peu de moralité et d'humanité dans ce monde du court terme.
Merci à eux d'oeuvrer dans ce sens .Qu'ils soient conscients, même si ce n'est pas toujours formel, que nombreux sont ceux qui adhèrent à leur démarche.

Encore une preuve -au cas où certains en douteraient encore- que l'argent gouverne le monde et qu'il est malvenu, voire risqué, de s'en prendre aux industriels, qui avancent et avancent encore, à coups de magouilles, pots-de-vin et autres manipulations politiques pour arriver à leurs fins: gagner encore plus d'argent. Ces gens peu scrupuleux n'ont, pour la plupart, rien à f.. de la nature et des différentes espèces animales et végétales qu'ils condamnent pour grossir leur compte en banque. Le jour où ils réaliseront que l'argent ne se mange pas et qu'ils ont été les instruments, de leur plein gré, d'un désastre écologique, il sera trop tard pour tout le monde. Je pensais que le Gabon s'ouvrait doucement au monde et tentait d'imiter l'exemple du Costa Rica, en protégeant une bonne partie de son territoire sous forme de réserve naturelle propice à l'éco-tourisme, mais apparemment pas. Marc Ona est il en passe de devenir le Paul Watson des forêts africaines? Paradoxe, quand on sait que les criminels sont en face d'eux et ont gain de cause..
Encore un bel exemple de la profonde -et triste- nature humaine..

contre la deforestation en Afrique, je soutiens les defenseurs de la foret.

MERCI pour votre combat au détriment de votre liberté pour lutter contre les puissances de la Finance .
Cet engagement est une force pour nous et un espoir face à ce Monstre invisible .

courage nous somme avec vous mais quand la justice arretera t elle d'etre corrompue!toutes ces grandes entreprises ne donne pas de travail à la population locale mais désorganise complètement leur équilibre avec l'environnement et ainsi leur bien etre et leur survie

les indiens de l'amerique, les pygmains est d'autre peuples autochtones meurts pour sauvegardez leurs terres, courage a tous ceux qui lutte pour la foret, courage, car un jour la justice sera de côté, courage, Merci!

C'est a nous de faire la justice si elle est corrompue. Il faut arreter de parler de justice. Elle est sioniste maintneant. Enfin pour les choses qui arrange , comme la .... Courage a vous greenpeace.

nous demandons au gouvernement français de cesser toute collaboration avec le gouvernement du Gabon tant que Marc Ona ne sera pas sorti de prison, nous demandons à toutes les entreprises françaises liées de près ou de loin à l'industrie de l'huile de palme et du pétrole de se retirer de ce pays .

pascal pavie porte parole NO-PALME

Quand est-ce que les gens comprendrons qu'ils sont manipulés par l'argent et que l'argent, c'est le nerf de la guerre, c'est la destruction de la planète. Au secours ! A tous les gouvernants, regardez devant vous, regardez ce que vous faites subir à la planète, c'est un immense désastre que vous voyez, un cimetière, pour les animaux, pour les plantes et pour les hommes aussi !!! Réveillez-vous, prenez conscience de votre CRIME !

Il va bien falloir trouver un moyen de stopper toutes ces sociétés dont le seul principe est le profit, si possible immédiat !

Merci de nous tenir au courant, et éventuellement de nous informer sur les moyens de soutenir cette cause.

ilciqgpsfut, http://hosts-netherlands.com/justhost/ Justhost Review, EqouqBA.

cuqeugpsfut, http://tudaidai.com/ Hgh diet, bEzgMsR.

Si je comprends bien, le postulat de départ est que nécessairement l'accusation de diffamation est totalement infondée. Sans plus d'explications. Pourtant, on aimerait bien en avoir. Attention, je n'ai pas dit que les accusations de Marc Ona sont infondées, je constate juste qu'aucune justification n'est apportée pour prouver que la condamnation contre lui est infondée. Je ne considère pas que "Cette condamnation ne peut qu’être liée...." constitue une démonstration probante.

Mais désolé, j'oubliais une autre vérité intangible, selon laquelle, quoi qu'il arrive, et de façon à éviter de trop se fatiguer à réfléchir, Greenpeace a toujours raison...

C'est même encore plus fort, je lis sur un des liens "Durant l’audience du 9 mars dernier, Me Rama, avocat de la partie civile a exigé les preuves de ces allégations." Donc, mais ai-je bien compris? C'est la personne qui porte plainte pour diffamation qui doit démontrer que la diffamation est fausse, et non l'accusé qui doit démontrer que ses propos sont fondés?

Encore une fois, je dis cela en oubliant le principe essentiel de droit selon lequel Greenpeace a toujours raison.

Malheureusement, tout le monde n'en est peut-être pas conscient...

Les commentaires sont fermés.

Cher(e)s commentateurs(trices),

Greenpeace France fermant ses portes pendant la « trêve des confiseurs », la section de commentaire du blog en fait autant.

Nous vous donnons donc rendez-vous le 5 janvier prochain, pour poursuivre débats, discussions et échanges !

Toute l'équipe web de Greenpeace France vous souhaite une excellente fin d'année.