Forêts du Congo : Les communautés riveraines d’Oshwe se mobilisent contre la SODEFOR

Plusieurs centaines de membres des diverses communautés riveraines du territoire d’Oshwe dans la province de Bandundu, ont protesté contre l’exploitation forestière par la SODEFOR (Société de Développement Forestier).
Leurs manifestations se sont déroulées pendant une réunion organisée par la SODEFOR du 9 au 11 septembre, qui visait à initier un cadre de concertation avec les communautés du territoire d’Oshwe.

Le ras le bol des communautés riveraines

Ce n’est pas la première fois que la SODEFOR, filiale du groupe Nordsudtimber (NST) basé au Liechtenstein, est ouvertement critiquée pour les préjudices causés aux communautés d’Oshwe et pour ses piètres contributions au développement local.
De la ville à la salle de la réunion, les manifestants ont à leur tour démontré leur ras-le- bol en scandant des slogans tel que : « toboyi SODEFOR » (nous ne voulons plus de SODEFOR)

La SODEFOR doit respecter le volet social de ses engagements !

Le code forestier de 2002 exige des compagnies forestières la signature de la clause sociale du cahier des charges, comme une des conditions préalables à la signature de contrat de concession forestière.

De plus, la SODEFOR aspire à acquérir un label de “gestion durable des forêts”, telle qu’une certification FSC et prépare déjà à cette fin un pré-audit. Contrainte par ces exigences, la SODEFOR et ses partenaires n’ont plus d’autres choix que de se rapprocher des communautés locales et peuples autochtones.
Mais les communautés riveraines restent sur leurs gardes et insistent pour que des conditions préalables, tel que le paiement de leurs droits liés à plusieurs années d’exploitation des forêts par SODEFOR, soient remplis avant d’entamer tout processus de négociation.


Du sel et du savon
envoyé par gpfrance. – L'actualité du moment en vidéo.

Greenpeace appelle le Gouvernement congolais à renforcer le moratoire

L’exploitation industrielle des forêts n’est pas un bon modèle pour le développement du pays, car elle conduit à une dégradation dangereuse des forêts intactes et des zones à haute valeur de conservation.
Greenpeace demande au Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme de prendre un arrêté fixant le délai de signature de la clause sociale du cahier des charges, au-delà duquel aucun contrat de concession forestière ne pourra être signé.

Le gouvernement congolais ne devrait donc pas étendre l’exploitation industrielle forestière dans les forêts intactes et de haute valeur de conservation mais renforcer le moratoire existant sur de nouvelles allocations. Avec l’appui des bailleurs de fonds, il devrait continuer à s’investir dans l’assainissement de la filière du bois et développer une stratégie appropriée, encourageant des modèles de développement alternatifs plus efficaces dans la lutte contre la pauvreté, la sauvegarde des forêts naturelles et de la biodiversité ainsi que la lutte contre le changement climatique.

En savoir plus :
Revoir le reportage de Marion Cotillard sur les forêts d’Oshwe
Le site de Greenpeace Afrique

Vos commentaires

Poster un commentaire

48 commentaires pour « Forêts du Congo : Les communautés riveraines d’Oshwe se mobilisent contre la SODEFOR »

C'est vraiment attristant, car SODEFOR fait des efforts considérables ces dernières années. Cette réunion organisée par SODEFOR est une grande première, comme l'a été la négociation réussie d'un premier cahier des charges par SODEFOR. En effet, des manifestations ont eu lieu au début de cette réunion, et chacun a le droit de s'exprimer, mais ensuite le discours conciliant et constructif de SODEFOR a été applaudi, les populations se sont déclarées prêtes à travailler avec SODEFOR, tout en restant naturellement attentives à la poursuite des efforts engagés. Pourquoi ne pas l'écrire ici? Non, tout n'est pas sombre comme le prétend cet article.

Bien d'autres mensonges: non les forêts concernées ne sont pas intactes. Non , elles ne sont pas spécialement reconnues comme des forêts à haute valeur de conservation sur lesquelles l'exploitation durable des ressources naturelles serait interdite, et seul Greenpeace a décidé unilatéralement de les classer comme telles.

Oui le code de 2002 prévoit la signature d'un cahier des charges, mais cette disposition n'entre en vigueur qu'en 2010, une fois les titres forestiers validés et les dispositions pratiques précisées. Négocier un accord avec des dizaines de milliers de personnes ne se fait pas en quelques jours.

Il faut améliorer les pratiques forestières en RDC, c'est certain. Mais pas comme ça, pas avec des positions dogmatiques et idéologiques qui ne visent qu'à renforcer les parts de marché de Greenpeace et à servir son business. Il faut bien être conscient qu'il n'y a dans cette campagne aucun désir de contribuer au bien-être des congolais.

Il y a évidemment de la place pour une gestion durable des ressources en bois de RDC, c'est même un besoin pour ce pays si démuni.

Quelle contribution Greenpeace apporte au développement du territoire d'Oshwé? Quelles solutions pragmatiques? Aucune, et ce n'est pas l'objectif de Greenpeace. Quelles que soient ses motivations, SODEFOR contribue tellement plus à ce développement local!

Bonjour

Mr Le méchant Forestier, vous qui semblez tres au courant. Est il vrai que le siege social de la maison mere de SODEFOR est basé au Liechestein? Si c'est le cas je suppose que c'est uniquement parceque les fondateurs de cette société doivent être originaires du coin et qu'ils aiment leur pays, rien à voir avec d'obscures raisons de fiscalité avantageuses.....

C'est peut-être vrai, la maison mère est peut-être au Liechtenscthein, je n'en sais absolument rien car ce qui m'intéresse est ce qui se passe sur le terrain. Je ne vois pas le rapport avec l'article de cette page, et je ne vois pas ce qu'il y aurait d'illégal là-dedans.

Que l'on soit d'accord ou pas (et il y a des raisons de ne pas approuver ce système, je vous l'accorde volontiers) avec cet état de fait, que les sociétés s'établissent dans des pays où la fiscalité est à leur avantage, c'est une pratique malheureusement courante.

Mais cela ne permettrait pas, même si c'était vrai, d'accuser SODEFOR de tous les crimes, et ses employés d'être des tortionnaires... Il y a là une logique qui m'échappe dans votre raisonnement... Et cela n'empêche pas que l'article des greenpeace de cette page ne reflète pas la réalité.

C'est vrai, j'ai toujours du mal à accorder ma confiance à une entreprise dont le siège social se trouve dans un paradis fiscal classé dans la liste noire des paradis fiscaux de l'OCDE... déjà ça commence mal, d'emblée, pour eux...

Quant à l'incident des 27 manifestants arrêtés en début d'années et les accusations de leur part de maltraitance de la part des forces de l'ordre (ainsi qu'un expatrié de Sodefor, mais pas de tous ses employés visiblement), tu as les résultats d'une enquête indépendante, le méchant forestier ? Car je te trouve très prompt à trancher pour une version des faits (celle de la sodefor en l'occurence) sans pour autant être fichu d'avancer le début d'un commencement de preuve pour étayer tout cela (ah si, les dires de la sodefor et des forces de l'ordres impliquées... comment te dire, dans une affaire criminelle, on ne demande pas à l'accusé de décider si'il est coupable ou non, tu crois pas ?)

A moins bien sûr que tu veules nous faire croire qu'il n'y a aucune corruption ni violences policières en RDC... tiens, un petit lien intéressant :

http://www.societecivile.cd/node/3033

Attention, je ne porte pas là un jugement de valeur sur la RDC : c'est un pays traumatisé, sortant d'une période de guerres sanglantes et dont les blessures ne se refermeront pas en un jour.

Je trouve personnellement que l'article de Greenpeace n'est pas tout sombre, loin de là, mais exprime une forte défiance quant aux promesses de la Sodefor. Ce que je trouve compréhensible, car en cherchant sur le net, les tensions entre la sodefor et les communautés locales ne datent pas d'hier...

Vive la Population d'Oshwe, Vive toute personne morale ou physique qui lutte contre les crimes Economiques perpetrés par SODEFOR et ses complices pour anéantir cette reserve forestière en sursis et bénéfique à l'Humanité toute entière. Aux gens de bons sens et de bonne volonté, NE PERDEZ PAS VOTRE TEMPS A REPONDRE A CE PSEUDO MECHANT FORESTIER CORROMPU JUSQU'A LA MOILE EPINIERE

Je vous invite tous (pour cette fois) à acheter le magazine people Be de cette semaine.... y'a des photos de la mome au congo, sur les traces de la sodefor.... pas mal !

Faust, il ne s'agit pas seulement d'accusations de la part des 27 manifestants, il s'agit aussi d'accusations de Greenpeace, il faut assumer, quand on accuse quelqu'un d'être un tortionnaire, sans le moindre début de preuve de quoi que ce soit. Aucune condamnation n'a été prononcée. SODEFOR a demandé une enquête indépendante qui n'a pas eu lieu.

Je connais bien la personne accusée ici, renseignez vous sur lui, cet homme déploie des efforts hors du commun pour oeuvrer pour le développement d'une foresterie pleinement responsable. Et il se retrouve sur le banc des accusés, c'est tellement injuste.

Le Méchant forestier a déjà longuement résumé les faits : message du Mercredi 11 août 2010 à 8:41 sur http://forets.greenpeace.fr/congo-marion-cotillard-face-au-pillage-des-forets-congolaises#comment-417276.

Prenons une image: des terroristes armés pénètrent chez vous, vous prennent en otage, vous parvenez à appeler la police qui maltraite les agresseurs. Et bien c'est vous qui êtes accusé de maltraitance, et à qui on demande d'apporter des preuves. C'est sur-réaliste, non?

SODEFOR n'est pas condamné, ni accusé, à part par Greenpeace et d'autres ONG extrémistes sur internet. Dans cette affaire criminelle, l'accusé, ce sont aussi et avant tout les agresseurs armés qui ont pris en otage un chantier, ses travailleurs et leurs familles, n'inversons pas les rôles.

Vous écrivez "dans une affaire criminelle, on ne demande pas à l’accusé de décider si’il est coupable ou non". On demande quand même à l'accusateur d'apporter un début de preuve, sinon c'est quand même l'accusé qui peut espérer jouir du bénéfice du doute (doute particulièrement élevé dans ce cas précis!). C'est avant tout à l'accusateur de démontrer le bien fondé de ses dires. On pourrait sinon être condamné sur de simples accusations sans aucune preuve. Dans quel type de régime avez-vous vu ça? Dans un régime que vous souhaitez instaurer???

Bien sûr, la police de RDC a des pratiques violentes et inacceptables. Faut-il alors se laisser agresser et piller (comme c'est arrivé dans d'autres sociétés en RDC, et aussi au moins une fois dans une ONG internationale) sans rien faire??? La solution est-elle pour des opérateurs économiques (déjà très peu nombreux à oser prendre le risque d'investir dans un pays marqué par une histoire récente difficile) de fuir le pays et le laisser s'enfoncer tranquillement dans son sous-développement et sa pauvreté chronique???

Quels intérêts sert Greenpeace. Ceux des populations locales: non, seulement les siens. Au passage, signalons que le chiffre d'affaire de Greenpeace est infiniment plus important que celui de SODEFOR...

Bob... je me demandais quand est-ce que tu viendrais ouiouinché sur ce sujet...

Bob : "Faust, il ne s’agit pas seulement d’accusations de la part des 27 manifestants, il s’agit aussi d’accusations de Greenpeace, il faut assumer..."

Greenpeace a repris les accusations portées par les 27 paysans à ma connaissance... Et encore, le site de GP france n'en a même pas réellement parlé. C'est resté extrêmement marginal et je n'ai même pas réussi à mettre la main sur le communiqué de presse officiel de Greenpeace à ce sujet. Maintenant, si tu as ce communiqué de presse officiel de Greenpeace vis à vis de cette affaire, files-nous un lien... Car ça commence à me saouler ta manie de construire tes argumentaires et tes propres accusations sur du vent... tout ça pour défendre un membre de ta famille qui bosse à la sodefor si j'ai bien compris...

"Prenons une image: des terroristes armés pénètrent chez vous, vous prennent en otage, vous parvenez à appeler la police qui maltraite les agresseurs. Et bien c’est vous qui êtes accusé de maltraitance, et à qui on demande d’apporter des preuves. C’est sur-réaliste, non

Le parallèle est abusif pour le coup. On parle de la RDC mon gars, un pays qui est sorti d'une guerre qui a fait 4 millions de morts (la guerre la plus meurtrière depuis la seconde guerre mondiale si j'ai bien compris). Des armes, il en reste un beau paquet et, après avoir baigné dans un contexte de violences terribles, les populations ont gardé de mauvais réflexes (c'est bien sûr valable pour les militaires comme pour les forces de l'ordre). Je ne dis pas que les populations locales ont eu raison de débarquer armées. La colère est toujours mauvaise conseillère. Ils n'ont cependant pas usé de violences et se sont fait arrêter sans opposer de résistances (sinon, il y aurait forcemment eu des morts, vu que quelques uns étaient armés).

MAIS, cela n'empêche que, si durant leur arrestation, il y a eu maltraitance, violences voire tortures (ayant entrainé la mort, volontairement ou pas, d'un des interpelés), ça n'est simplement ni acceptable, ni défendable. Et cela doit être condamné. Je vais prendre moi aussi un exemple pour que tu comprennes : un mec bourré dans la rue te demande de l'argent et sort un opinel. Tu cries au secours et la police se pointe. Le gars bourré se laisse tranquillement arrêté, et au commissariat est passé ensuite à tabac par plusieurs officiers de police... c'est acceptable selon toi ? Simplement parceque, lui ausi, a quelque chose à se reprocher, on ne doit rien reprocher aux policiers responsables de la bavure ?!! Franchement...

Seule une enquête réellement indépendante des pouvoirs publics pourra le déterminer... Problème, c'est que je doute fortement de l'indépendance d'une quelconque enquête de ce type dans ce pays...

"........... On pourrait sinon être condamné sur de simples accusations sans aucune preuve......... "

Mon dieu, tout un pavé pour un raisonnement pareil... On dirait que tu confonds "accusation" et "condamnation"... Je me demande presque si tu le fais exprès d'ailleurs, dans le but de semer la confusion, ou alors cela est peut être simplement confus dans ton esprit. Un accusé n'est coupable qu'à la fin d'une procédure judiciaire qui démontre que les accusations contre lui sont exactes ! Je peux t'accuser de ce que je veux, Bob, mais tu seras considéré comme innocent jusqu'à que la justice détermine le contraire ! Donc, au jour d'aujourd'hui, la sodefor n'est pas reconnu coupable des accusations dont elle est la cible, mais par contre elle a légitimement le droit d'être accusée. C'est la base de la justice... J'espère que c'est clair, car c'est vraiment la base de la base pour le coup.

"Au passage, signalons que le chiffre d’affaire de Greenpeace est infiniment plus important que celui de SODEFOR…"

Ah ouais ?! T'as des chiffres ?! Je suis preneur... Et tiens, gros malin, puisseque tu me lance sur ce sujet : tu peux me dire pourquoi cette société (sodefor) a choisi un paradis fiscal classé sur liste noire de l'OCDE pour y installer son siège social ?! Par humanisme ? ^^

J'ai déjà donné plusieurs fois le lien de l'article dans lequel l'accusation de Greenpeace à l'encontre d'un employé de SODEFOR est mentionné. Vous qui suivez de prêt les échanges sur ce site, vous allez retrouver j'en suis sûr. Ce n'est pas un "communiqué officiel", je ne l'ai jamais dit, mais il est écrit que Greenpeace accuse cette personne d'être un tortionnaire, et Greenpeace n'a jamais démenti.

Si je vous comprends bien, vous dites: nous sommes en RDC, un pays hors normes, donc si quelqu'un pointe une arme sur vous en menaçant de vous tuer, vous devez vous laisser faire. Cela ne me semble pas très défendable, j'aimerais vous y voir.

Je ne défends pas la police et les violences policières, je les condamne fermement, mais je ne condamne pas ceux qui font appel légitimement aux forces de l'ordre; Si je reprends votre exemple et l'applique à l'affaire d'Oshwe ce ne serait pas l'agresseur armé qui serait accusé, ni la police, mais la personne agressée qui a osé crier à l'aide. Ce n'est pas acceptable, mais la faute n'en revient pas à l'agressé qui a cherché à sauver sa peau.

On peut bien sûr accuser n'importe qui de n'importe quoi. Je pourrais aussi dire: c'est Greenpeace qui a organisé l'attaque armée du chantier, c'est le chef du groupe armé qui a empoisonné un de ses "soldats", c'est Greenpeace qui a organisé la manifestation d'Oshwe. Mais je ne le dis pas, car je n'ai aucune preuve, et c'est même probablement faux. On peut donc accuser, mais sans preuve, c'est de la calomnie, et ça peut faire mal au calomnié.

Pour le chiffre d'affaires, un calcul rapide à la louche est facile: Prix de vente moyen de 300 euros/m3 (hypothèse moyenne, voir statistiques OIBT), production SODEFOR arrondie à 65 000 m3/an (voir observatoire des forêts d'Afrique Centrale), soit un CA de moins de 20 millions d'euros. Ce n'est pas du bénéfice, il y a un coût de production et transport élevé. CA de Greenpeace : environ 9 millions d'euros, je n'ai pas l'ensemble de Greenpeace, mais j'imagine que la France fait bien moins que la moitié du CA de tout le groupe Greenpeace. Attention, on est bien loin du niveau des multinationales d'autres secteurs.

Au passage aussi, SODEFOR a des charges fixes incompressible de production qui sont bien plus élevées que celles de Greenpeace. Et SODEFOR ne peut compter sur des dons de personne.

Dernière chose Faust: je vous trouve particulièrement léger dans vos raisonnements.

Encore une dernière chose: si vous doutez de la possibilité d'une enquête indépendante en RDC, pourquoi me demander (hier) de vous produire les conclusions d'une telle enquête?

Bref, vous êtes pour ou contre une enquête indépendante selon ce qui vous arrange pour votre raisonnement.

Quand j'ai écrit "Attention, on est bien loin du niveau des multinationales d’autres secteurs." je parlais de SODEFOR, pas de Greenpeace.

Bob :"...Ce n’est pas un « communiqué officiel »,"

Justement Bob, c'est là le problème... C'est un article trouvé sur un site (radiokapi), pas un communiqué officiel de Greenpeace...

Bob : "Si je vous comprends bien, vous dites: nous sommes en RDC, un pays hors normes [...] Cela ne me semble pas très défendable, j’aimerais vous y voir."

Je n'ai jamais dit cela... relis mon message...

Bob :"Si je reprends votre exemple et l’applique à l’affaire d’Oshwe ce ne serait pas l’agresseur armé qui serait accusé, ni la police, mais la personne agressée qui a osé crier à l’aide."

Si j'ai bien suivi, le collectif de villageois accuse la police principalement et une personne de la sodefor. Pas tous les employés mais juste une seule personne visiblement. La question que l'on peut légitimement se poser, c'est pourquoi cette personne seulement ? Pourquoi pas tous les employés de la sodefor présents ? Étonnant une accusation dirigée sur une seule personne (en plus des policiers cela s'entend). Je n'ai pas de réponse à cette question, et c'est pourquoi je voudrais qu'une enquête réellement indépendante tire au clair cela, mais je n'y crois pas trop hélas...

Bob :"On peut donc accuser, mais sans preuve, c’est de la calomnie, et ça peut faire mal au calomnié."

Les accusations reposent avant tout sur les versions des faits des villageois, versions des faits différentes de celles soutenues par la sodefor et la police. C'est suffisant pour une mise en accusation. Maintenant, comme je l'ai dit précédemment, être accusé est une chose, être condamné en est une autre. Donc pour l'instant, tu cries un peu avant d'avoir mal comme dit l'expression.

Bob:"Pour le chiffre d’affaires, un calcul rapide à la louche est facile: Prix de vente moyen de 300 euros/m3 ([...] du niveau des multinationales d’autres secteurs."

Tu brasses de l'air, Bob. Tu n'as pas les chiffres réels (et tu les estimes "à la louche", super) et tu compares le chiffre d'affaire d'une société et le budget annuel d'une ONG, ce qui n'a pas grand chose à voir...

Bob :"Dernière chose Faust: je vous trouve particulièrement léger dans vos raisonnements."

Merci, c'est réciproque ^^

Bob :"Encore une dernière chose: si vous doutez de la possibilité d’une enquête indépendante en RDC, pourquoi me demander (hier) de vous produire les conclusions d’une telle enquête?

Bref, vous êtes pour ou contre une enquête indépendante selon ce qui vous arrange pour votre raisonnement."

Non. J'ai demandé si tu avais les résultats d'une enquête en sachant pertinent que cette dernière n'avait pas eu lieu dans le simple but de t'obliger à reconnaître enfin que pour l'instant rien ne permet de trancher de façon aussi catégorique d'un coté ou de l'autre. Maintenant, si tu veux tout savoir, non, je ne crois pas à la possibilité d'une enquête indépendante dans un pays aussi touché par une corruption endémique qu'est la RDC. L'histoire récente avec Floribert Chebeya nous démontre que nous ne sommes pas dans un pays dont la situation politique est comparable à la France, désolé...

Je dis toujours la même chose: ce n'est pas un communiqué officiel mais Greenpeace n'a rien démenti de ce qu'a écrit le journaliste de radio Okapi. C'est une accusation grave, si Greenpeace ne la cautionne pas, il faut démentir.

Pourquoi cette personne seulement? C'est évident, c'est le cadre de SODEFOR sur place, le seul blanc, c'est bien lui que Greenpeace et les délinquants veulent atteindre, et sa société à travers lui. Attaquer des employés congolais, ce serait moins payant. A l'inverse, les travailleurs, traumatisés par cette prise d'otage, partagent tous la condamnation des agresseurs et de leurs pratiques innacceptables.

Vous n'étiez pas sur place et ne connaissez personnellement personne qui y était, pourquoi accorder autant de crédit à des agresseurs armés (ce que vous avez implicitement reconnus) qui ont fait de la prison, et qui ont bien sûr intérêt à accuser leur victime pour se dédouanner?

Une accusation d'actes de torture, ça fait déjà très mal, même sans condamnation.

Je vous laisse proposer et justifier d'autres chiffres, j'ai avant tout voulu me baser sur des sources indiscutables, mais si vous trouvez mieux... Le budget de Greenpeace, je suis désolé, c'est un chiffre d'affaire aussi. Un chiffre d'affaire (issu de dons) qu'il faut maintenir ou accroitre, Greenpeace n'échappe pas à cette règle économique.

"Bob : « Si je vous comprends bien, vous dites: nous sommes en RDC, un pays hors normes [...] Cela ne me semble pas très défendable, j’aimerais vous y voir. »

Je n’ai jamais dit cela… relis mon message…"

j'ai relu, vous n'avez pas dit exactement cela, mais ce n'en est vraiment pas loin, je n'ai fait que légèrement forcer le trait. En tout cas, vous semblez excuser cette bande armée en justifiant son action par l'histoire du pays dans lequel elle vit.

Je redis une ultime fois mon point de vue :

- Tu fais tout un fromage d'une accusation que tu attribues à GP sur un simple article d'un site que je ne connaissais même pas et non par rapport à un communiqué officiel de l'ONG ;
- Sous prétexte d'être de la famille de l'employé de la sodefor accusé par les villageois, il faudrait te croire sur ton unique bonne foi... je ne doutes pas que tu sois de bonne foi, mais pour moi ça pas suffisant (et tu ne peux te targuer d'être neutre pour le coup)
- Dans le mesure où il y a plusieurs versions des faits, je ne me permettrais pas de trancher dans un sens ou dans l'autre faute d'éléments pour déterminer le vrai du faux. Toi si.
- Que les villageois aient été armés est une chose qui ne justifie pas d'éventuelles maltraitances durant leur arrestation...
- Seule une enquête indépendante permettra réellement de déméler le vrai du faux, mais, je doute qu'en RDC cela soit possible...

Voilà, les raisons pour lesquels je n'adhère et n'adhèrerai pas à ton discours (qui me semble d'ailleurs souvent plus motivé par t'en prendre à l'ONG plus que par soucis de vérité).

Bob :"Le budget de Greenpeace, je suis désolé, c’est un chiffre d’affaire aussi."

Quand je lis ce genre d'affirmation, j'ai l'impression de perdre mon temps à te répondre...

Faust, je vous sens sur le point de renoncer au dialogue. A court d'arguments?

Je fais tout un fromage d'une accusation parce que je la considère gravissime. J'aimerais vous voir dans la peau d'un accusé d'actes de tortures.

Je suis bien d'accord, permettez vous de ne pas trancher, malheureusement Greenpeace en revanche tranche bien souvent dans le sens de ses idéologies en ne retanant pas les éléments contraires, voir en falsifiant ou exagérant les éléments favorables à sa théorie. L'objectivité n'est pas le fort de Greenpeace.

Que les villageois aient été armés ne justifient aucune maltraitance, je l'ai toujours dit, mais ça justifie l'appel aux forces de l'ordre par les personnes agressées.

Je ne ne suis pas de la famille d'un employé de SODEFOR, mais j'en connais très bien plusieurs, et je connais très bien aussi le secteur forestier africain...

J'autorise chacun à ne pas me croire sur parole, et à faire de même concernant les affirmations de Greenpeace.

Bob :"Faust, je vous sens sur le point de renoncer au dialogue. A court d’arguments? "

Non, simplement lassé de ce dialogue de sourds...

Dommage, moi, je ne suis pas lassé. Et il faut bien dire qu'en dehors de nous deux, cet article ne semble pas susciter beaucoup d'intérêt.

comment te dire Bobby... tes commentaires sont si pénibles et tellement imprégnés par ton amour de l'industrie... que te répondre est d'avance fatiguant. Faust, je te tire une révérence !
Sinon, le sujet est passionnant.

Pfff, ce qui m'intéresse et que j'aime, ce n'est pas l'industrie, c'est l'ensemble d'un secteur, dans toutes ses dimensions, d'aménagement d'un territoire, de réflexion sur une valorisation optimale durable d'un ensemble de ressources par un ensemble de bénéficiaires, de contribution à la lutte contre la pauvreté, de préservation de paysages et d'écosystèmes exceptionnels.

Face à cette problématique ultra-complexe, la solution à trouver est tout sauf simpliste: on coupe tout sans se poser de question, versus on ne fait rien et on laisse les choses évoluer "naturellement".

Pourquoi pas la première solution, c'est évident. Pourquoi pas la deuxième solution, tellement séduisante au premier abord? Parceque l'homme existe et a modifié définitivement le fonctionnement de la nature, qu'il n'y a plus le choix et qu'il faut chercher la solution la moins mauvaise pour continuer dans cette voie inévitable.

Je me permet de douter que vous n'utilisiez jamais aucun produit industriel, ne serait-ce que parce que vous avez écrit ce message sur ce blog. Le problème n'est pas d'être amoureux ou non de l'industrie.

Faust, oui je fais un fromage de cette accusation car elle est grave. Si je lis quelque part que j'accuse quelqu'un d'acte de torture alors que ce n'est pas vrai, je m'empresserais de démentir.

Pfff, en effet, répondre à mes commentaires est probablement fatigant car cela nécessite de réfléchir, de se poser des questions, de balancer le pour et le contre, de sortir d'une vision simpliste facile. Je vous souhaite un bon repos ce week-end, je pense que cela vaut le coup de se fatiguer un peu de temps en temps.

C'est bien qu'ils manifestent et j'espere qu'ils seront entendus ...Ils n'on deja pas beaucoup de choses on va pas leur enlevait leur milieu de vie et de survie imaginez si vous perdez tout et que des gens veulent detruire votre bien le plus precieu eh bien je reagi comme eux et je rassemble le plus de personnes pour me defendre.Continuez et bonne chance!!!!!!

Cher ou chère Lulu, je loue votre enthousiasme, je vous conseille cependant d'aller vous rendre compte par vous même qu'on leur"enlève leur milieu de ve", qu'est-ce qui vous fait dire ça? Attention à ne pas vous tromper de combat.

En effet, SODEFOR n'"enlève le milieu de vie " de personne, l'activité d'exploitation pratiquée n'a quasiment aucun (sinon aucun) impact négatif sur les avantages que les populations tirent de l'écosystème forestier. Car les principaux de ces avantages sont :
1. des terres pour implanter des cultures, et SODEFOR n'enlève aucune terre cultivable aux agriculteurs
2. de la viande de chasse: on peut accuser SODEFOR de faciliter l'accès de la forêt aux chasseurs, en pratique c'est très peu vérifié car dans cette région, les chasseurs continuent à se déplacer essentiellement à pied, et puis on aurait pu aussi bien considérer qu'il s'agissait d'un impact positif si l'accès à la ressource "viande" est facilité
3. divers produits alimentaires, pharmaceutiques, artisanaux, de construction: SODEFOR ne prélève pas ces produits directement, l'exploitation de certains arbres commerciaux peut dans certains cas être concurrentielles avec les produits en question, mais c'est extrêmement rare.
4. des lieux de culte et de culture, mais là encore ils sont préservés par l'exploitation extensive pratiquée.

Finalement, ce que l'on reproche surtout à SODEFOR, c'est de ne pas avoir un impact positif suffisant, cela peut se discuter, mais l'impact positif existe, il y a des emplois créés, des taxes payées, des biens et personnes transportés, des écoles construites, des routes réhabilités, une économie locale dynamisée. Et clairement, ces impacts positifs mentionnés sont bien plus importants que les quelques impacts négatifs. Ceci dit je suis d'accord, il faut encore accroître l'apport de SODEFOR à l'économie locale, et il faut lutter contre les petites nuisances causées par l'exploitation, en concertation avec les populations.

J'aimerais, après ce riche dialogue un peu houleux, reposer une question qui semble s'être perdu dans le discours...Pourquoi les gens manifestent-ils?
Si la SODEFOR n'a rien à se reprocher, et si (dixit Bob): "SODEFOR n’

" SODEFOR n’ »enlève le milieu de vie » de personne, l’activité d’exploitation pratiquée n’a quasiment aucun (sinon aucun) impact négatif sur les avantages que les populations tirent de l’écosystème forestier ", alors pourquoi les gens sont-ils dans la rue?
Bob?

Cher Curieux, personne n’est irréprochable à 100%, SODEFOR ne l’est pas, Greenpeace ne l’est pas, et parfois certains membres de communautés locales ne le sont pas non plus. Donc SODEFOR ne l’a pas toujours été, irréprochable, et ne l’est probablement toujours pas. Est-ce une raison pour critiquer sans arrêt ? Pour réclamer le départ de SODEFOR de sa région d’activité ? non. Pour demander à SODEFOR de s’améliorer ? oui, tout en reconnaissant les efforts consentis.

En effet, des habitants du territoire d’Oshwe ont manifesté contre SODEFOR, le premier jour de ces « journées d’Oshwé ». C’est un des faits incontestables et marquants, une manifestation pacifique, et donc entièrement légitime contrairement à un épisode précédent au cours duquel le personnel d’un chantier d’exploitation et sa famille avait été pris en otage.

Je vois deux autres faits marquants : SODEFOR a reconnu ne pas avoir dans le passé toujours tenu ses engagements à la lettre, et le responsable de SODEFOR a été applaudi par une très grande partie de l’assemblée présente. C’est tout autant incontestable, mais ce n’est pas écrit dans l’article de cette page.

Pourquoi y a-t-il eu manifestation ? Principalement parce que les gens d’Oshwé sont pauvres et démunis, ils n’ont face à eux que des représentants locaux de l’Etat, qui s’abritent (avec raison) derrière l’absence de moyens que leur donne l’Etat central. Et cet Etat central est inaccessible pour l’habitant moyen d’Oshwé, qui mettrait déjà 1 à 2 semaines à atteindre Kinshasa. Alors, à qui peut-on réclamer une aide : à l’opérateur privé présent dans le territoire, qui, en comparaison, semble disposer de moyens colossaux (moyens dont il a besoin pour conduire son activité et donc survivre). Alors, en désespoir de cause, les gens se tournent en effet vers SODEFOR, et réclament tout de SODEFOR. Y compris qu’elle se substitue à l’Etat pour remplir des missions de service public, mission que l’Etat ne lui a jamais délégué, lui demandant simplement d’apporter une contribution à la réalisation d’infrastructures collectives. Je crois que l’on peut comprendre cette attente démesurée et les réactions qu’elle engendre parfois, je pense qu’il est du devoir des gens responsables d’expliquer aux populations quelle est la réalité économique et qu’est-ce qui est prévu par les lois de leur pays (en matière forestière, de financement du service public, etc…).

J’espère avoir répondu au mieux à vos interrogations.

Bref, dans l'esprit des manifestants, le problème n'est pas l'impact négatif de l'exploitation (voir message précédent à ce sujet, cet impact est négligeable), mais l'impact positif qu'ils souhaiteraient plus important qu'il ne l'est.

Bob: "des habitants du territoire d’Oshwe ont manifesté contre SODEFOR". Mais combien? On en voit une centaine ou un peu moins sur la photo, l'angle de prise de vue est très bien étudié pour donner l'impression d'une grande foule. Et l'article nous parle de quelques centaines, ça peut être 200, 300, probablement pas plus. Combien d'habitants compte le territoire d'Oshwe, sachant que la ville en compte déjà 40 000 (selon les dires de Marion Cotillard)? Peut-on considérer que la population d'Oshwé a manifesté massivement contre SODEFOR? En plus, on apprend qu'ensuite ils ont aussi acclamé SODEFOR. Alors, tout cela méritait-il cet article? Il se passe tellement de choses plus graves dans le monde... L'argent de Greenpeace (affrêtements d'avion, tournage d'un film...) ne pourrait-il pas être mieux employé?

Faust, Pfff, Curieux, vous êtes tous à court d'arguments? Je vous ai convaincu?

Bonjour Bob,

juste pour souligner ton courage quant à l'explication de la réalité du terrain à des gens qui ne veulent pas essayer de comprendre (hé oui la vie n'est pas blanc ou noir, greenpeace le gentil, SODEFOR le méchant).

Je suis triste de ses accusations infondées qui visent une personne que nous savons qui se bat depuis des années pour faire évoluer les choses de manière positives pour l'environnement et les populations en lien avec l'industrie du bois. Un personne dévouée, sincère et non violente contrairement à ce que certain veulent laisser entendre

Sinon tu as tout dis. En effet, une personne présente à cette réunion (je ne cite pas de nom) m'a bien dis que les villageois sont sortis satisfaits, applaudissements etc. En fait, Greenpeace ne déballe que la moitié de l'info, pour la détourner et l'user à ses propres fins de promotion. Ils est bien évidement plus difficile de taper sur des gouvernement qui eux ont des politiques bien plus dramatiques pour les forêts et ses population, surtout quand ils financent probablement les actions de greanpeace.. Mais à ce niveau l'ONG est plus qu'opaque sur ses donateurs, donc je ne m'avancerai pas plus faute de preuve sur ce terrain.

Après il faut de tout pour l'équilibre entre lobbying et pratiques, mais les cibles choisie ne sont pas toujours les bonnes malheureusement.

Bonne continuation

pour info sur les financements et manières occultes: http://european-security.com/index.php?id=5551

Merci larasc pour le soutien apporté.

Nous vivons dans un monde ou toute personne physique ou morale (population, Etat, ONG, partculier et autre) interviennent pour en tirer profit de quelque chose. Ne nous trompons surtout pas!

Lebutatoutprix, il ne faut pas exagérer non plus, tout le monde n'agit pas toujours par intérêt personnel.

L`Afrique reste encore le seul continent au monde ou les multinationales vont pillees sans construire ne fus ce qu`une ecole primaire,ni dispensaire,pour l`interet des autochtones,hors mis la corruption qu`elle verse aux presidents de ces pays....
il est plus que temps pour que l`homme noir prennent conscience,
hier l`Afrique n`avait pas d`universitaires,ces vaillants fils se sont battus pour nous sortir de la colonisation,aujourd`hui l`Afrique a des eminents professesurs,docteurs,il parait plus affaibli,corruptible,est plus domine....
Le cas du Congo ou l`actrice francaise Marion Cortillard se bat plus que les
artistes musiciens Congolais est une honte pour nos artistes qui doivent encore beaucoup apprendre sur le sens de la vie et de la dignite humaine

Mes Salutations Patriotiques.

Chez moi en Europe, quand une entreprise vient s'installer dans un village, on ne lui demande pas de construire l'école, l'hopital et la piste d'aviation, de payer les enseignants, de refaire toutes les routes, de donner de l'argent au maire, etc.... Alors je suis bien d'accord pour qu'on demande une contribution des entreprises en Afrique au développement, mais restons honnêtes, réalistes et lucides. Quant au pillage, je l'ai déjà longuement expliqué, il ne correspond pas à la réalité de ce qui se passe sur le terrain, où alors il faudrait me le démontrer.

Les commentaires sont fermés.

Cher(e)s commentateurs(trices),

Greenpeace France fermant ses portes pendant la « trêve des confiseurs », la section de commentaire du blog en fait autant.

Nous vous donnons donc rendez-vous le 5 janvier prochain, pour poursuivre débats, discussions et échanges !

Toute l'équipe web de Greenpeace France vous souhaite une excellente fin d'année.