Plus de 1,3 million de signatures pour les Mundurukus

Hier, le peuple munduruku était devant le Palais de justice de Brasilia pour demander une démarcation de son territoire, situé au cœur de la forêt amazonienne et menacé par la construction de centrales hydroélectriques dans le bassin du fleuve Tapajós. Ces barrages anéantiraient à la fois la rivière et la forêt, toutes deux essentielles à la survie des Mundurukus. Des représentants des Mundurukus et de Greenpeace sont allés ensemble porter leur demande au ministère de la Justice.

Plus de 1,3 million de signatures pour les Mundurukus

Hier, le peuple munduruku était devant le Palais de justice de Brasilia pour demander une démarcation de son territoire, situé au cœur de la forêt amazonienne et menacé par la construction de centrales hydroélectriques dans le bassin du fleuve Tapajós. Ces barrages anéantiraient à la fois la rivière et la forêt, toutes deux essentielles à la survie des Mundurukus. Des représentants des Mundurukus et de Greenpeace sont allés ensemble porter leur demande au ministère de la Justice.

Une première victoire pour les Mundurukus

Grâce à votre soutien massif, nous avons remporté une première victoire au mois d’août : l’Agence environnementale brésilienne (IBAMA) a abrogé la licence du projet de méga-barrage sur le fleuve Tapajós. São Luiz do Tapajós aurait été la plus grande des centrales électriques prévues dans le bassin hydrographique du Rio Tapajós.

Malheureusement, le gouvernement brésilien n’a pas encore définitivement renoncé à ses projets. Les Mundurukus ne pourront dormir sur leurs deux oreilles que lorsque les pouvoirs publics auront reconnu officiellement leur territoire. Cette reconnaissance est un droit inscrit dans la Constitution brésilienne. Mais, bien que les Mundurukus aient présenté officiellement leur demande il y a déjà bien longtemps, la décision des autorités se fait attendre.

 

Le délai de réponse de la justice brésilienne arrive à son terme : maintenons la pression

En octobre, nous avons rencontré les ambassadeurs du Brésil dans différents pays, notamment en France, pour insister sur la nécessité de respecter les droits des populations autochtones, et pour que ce message parvienne clairement au ministre de la Justice brésilien qui est compétent sur le dossier des Mundurukus.

Entre-temps, notre pétition a recueilli de nouvelles signatures : au total, plus de 1,3 million de personnes apportent déjà leur soutien aux Mundurukus. Le 29 novembre – date ultime pour la décision – les Mundurukus ont apporté avec eux toutes ces signatures au ministre dans la capitale brésilienne, Brasilia. Grâce à votre soutien, ils n’y sont pas allés tout seuls !

Le dossier des Mundurukus risque bien de prendre encore du retard en raison du manque de capacités des autorités compétentes, mais nous resterons mobilisés pour la reconnaissance juridique de leurs droits fonciers.

Vos commentaires

Poster un commentaire

3 commentaires pour « Plus de 1,3 million de signatures pour les Mundurukus »

et en Guyane française, la multinationale Nordgold (Canada + Russie) veut détruire plusieurs dizaines de km2 de forêts anciennes pour une gigantesque mine industrielle.
Voyez leur video qui explique ce futur vrai massacre:
https://www.youtube.com/watch?v=FUIE1Lbf9vg
Et nous allons laisser faire cela ???

participation aux signatures

Que d'avancées pour la protection des forêts en Afrique. C'est une belle avancée même si cela difficile pour tous. I nous faut presser les Canadiens qui, actuellement, prennent possession de nombreuses forêts qu'ils détruisent chez eux et ailleurs, et de bien des mines à ciel ouvert où les locaux n'ont pas droit à leur terres. Pouvez-vous me donner les coordonnées de la SOCFIN en Afrique afin de leur envoyer mes félicitations pour une telle avancée (même si cela sera difficile pour eux pendant cette aventure. Thanks a lot and take care, fd

Donnez votre avis

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par :
- le blocage du posteur
- l'effacement des commentaires incriminés

Voir nos conditions d'utilisation

Tous les champs sont obligatoires.

Votre nom sera affiché sur le site, visible de tous et donc indexable par les sites de recherche type Google. Veuillez utiliser un pseudonyme si vous ne voulez pas que votre identité soit visible et se retrouve sur d'autres sites.
Elle ne sert qu'à des fins d'administration et ne sera pas publiée sur le site.
Pour lutter contre le spam publicitaire, de nombreux mots sont interdits dans les commentaires. Si ces mots sont présents, votre commentaire sera automatiquement rejeté ou mis en fil d'attente de modération.
De plus, nous n'acceptons que 3 adresses web (URL) au maximum dans les commentaires.

Si votre commentaire est bloqué, il n'apparaîtra pas.
Merci de patienter pour que celui-ci soit mis en ligne.
Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.